Le mot de la Présidente

[Rappot moral de la Présidente - AG d'Hiver du 13/12/2019]

 

Chers adhérentes, chers adhérents, je tiens particulièrement à vous remercier de votre présence ce soir à cette Assemblée Générale du 13 décembre 2019 dans des locaux inhabituels pour l’association. Nous tenons à remercier chaleureusement David Ruffin, technicien dans la gestion des écosystèmes à l’Université de Lille, qui nous a délesté d’un poids considérable en nous permettant un accueil de qualité dans ce lieu symbolique, l’Espace Culture.

Votre présence, ce soir, votre lecture de ce texte, le cas échéant, est pour nous un signe fort de votre engagement pour les Blongios et donne du sens à notre projet associatif et aux épreuves que nous venons de traverser avec courage et persévérance cette année 2019.

 

Vous avez toutes et tous en souvenir l’expression issue de la célèbre fable de La Fontaine, « Le Chêne et le Roseau » : « Je plie, et ne romps pas. »

Dans cette fable, le Chêne se vante, avec une arrogance certaine, de pouvoir « arrêter les rayons du soleil », « braver l’effort de la tempête » face au roseau qui naît, lui, chétif« le plus souvent sur les humides bords des Royaumes du vent ».

 

Contrairement au Chêne, nous avons plié, et nous n’avons pas rompu.

Sous les coups des pertes de subventions depuis 2015, nous avons plié, nous y avons laissé de solides racines, mais nous n’avons pas rompu.

 

Vous savez cependant, en tant que bénévole Blongios adepte des chantiers de restauration de mares, qu’on peut aussi nous désoucher, avec de bons coups de bêches répétés, que nous pouvons aussi finir par nous dévitaliser, si notre milieu ne nous est plus favorable.

 

L’objet de ce Rapport Moral est de faire le point sur les actions passées de cette année 2019 et sur les actions à venir de l’année 2020, de vous rassurer sur la résilience financière, à ce jour, de notre roseau aux vertus phytoépuratrices non négligeables dans notre région, mais aussi de vous rappeler à quel point votre engagement bénévole à nos côtés est non seulement ce pour quoi les salariés, Céline Leduc, Florence Joly, François Griffault et Denis Lagache, ont pu et peuvent  déployer  au quotidien une énergie phénoménale, mais aussi son horizon d’avenir.

Votre engagement bénévole est le milieu sans lequel notre Roseau ne peut pas survivre, à moyen et long terme.

 

Le 7 mars 2019, un CA extraordinaire a été convoqué pour poser très clairement la nécessité, pour l’association, d’envisager à court terme, une politique salariale nous permettant de ne pas disparaître des Hauts-de-France, comme tant d’autres associations environnementales qui n’ont pas survécu à la furie des vents contraires : il a été question très douloureusement de chômage partiel, de licenciements de 2 Équivalents Temps Plein, de plan de sortie pour tous les salariés, de dissolution de l’association.

Les salarié.e.s, lors d’entretiens préparatoires à ce CA extraordinaire, ont chacun.e dit leur attachement viscéral à ce que le coeur de notre association, le Chantier Bénévole, soit préservé, envers et contre toutes les pertes de subventions et éventuellement de leur poste en tant que salarié.e.s.

 

Quelques jours plus tard, Céline Leduc, salariée depuis 2015, nous a annoncé sa volonté de mettre fin à son poste par une Rupture Conventionnelle. Le Roseau a perdu là une racine solide. Cette décision courageuse et altruiste nous a permis d’envisager les mois consécutifs avec un peu plus de sérénité teintée de tristesse. Nous tenons à remercier Céline Leduc pour ces belles et joyeuses années de travail qu’elle a passées à nos côtés, pour faire vivre cette association dont elle appréciait la « qualité des rapports humains » et le partage des « valeurs autour des changements de société ». Sans ce départ, nous aurions peut-être rompu, dans le sens plein du terme. Nous tenons à saluer particulièrement ici l’énergie que Florence Joly a dû, de son côté, mettre en œuvre, pour assumer, au pied levé, les fonctions de sa collègue, qui ne figuraient pas sur sa fiche de poste. Nous comptons sur l’engagement des adhérents pour l’alléger d’un certain nombre d’actions qu’historiquement seuls les bénévoles assuraient.

 

C’est dans ce contexte tempétueux que nous avons travaillé intensément, salariés, administrateurs et adhérents, sur le modèle économique des Blongios : fallait-il radicalement en transformer la structure ? Nous avons élaboré plusieurs scénarios, et nous y avons été accompagnés bénévolement par Laurent Courouble sur de nombreuses séances – nous tenons à saluer son engagement à nos côtés, qui nous a permis de ne pas avoir le souffle coupé, puis de le reprendre petit à petit.

 

Lors de séances de travail ouvertes aux adhérent.e.s et sympathisant.e.s des Blongios, nous avons évoqué plusieurs scénarios : transformation structurelle en Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), en structure hybride SCIC+ association ; persistance de la structure sous sa seule forme associative avec augmentation de l’activité en chantiers de groupes constitués encadrés avec passion par Denis Lagache et François Griffault.

Après très mûre réflexion, nous avons finalement décidé collectivement de ne pas bouleverser le modèle associatif auquel nous tenons fermement.

 

Nous resterons une association loi 1901 et nous développerons au maximum les activités qui peuvent nous permettre d’être plus autonomes et solides financièrement, notamment les chantiers de groupes constitués et des formations-actions, et confirmer notre attachement aux chantiers bénévoles dont nous souhaitons qu’ils puissent se poursuivre avec la même fréquence et la même convivialité.

Cette phase de réflexion sur le modèle d’une SCIC nous a amené.e.s à penser qu’il était éthique que les salarié.e.s puissent être représenté.e.s au CA : leur voix mérite d’être entendue, et pas seulement officieusement.

 

Notre situation financière s’est éclaircie et assainie considérablement après l’obtention d’un financement de l’ordre de 25 000 euros renouvelables sur deux années consécutives de la Fondation lorraine UEM, à laquelle François Griffault avait adressé une demande autour des enjeux des zones humides et d’un autre financement de 10000 euros de la Fondation Lush. Nous avons appris cette double bonne nouvelle début septembre 2019 et cela nous a permis de travailler au développement du modèle économique des Blongios dans un climat plus apaisé émotionnellement, mais non moins intense.

 

Nous avons ainsi pu acter la création d’une antenne salariée dans le Pas-de-Calais pour permettre à Denis Lagache de concentrer son inénarrable énergie à l’encadrement de chantiers dans ce secteur, avec un réseau de partenaires très engagés de longue date à nos côtés, sans la perdre dans des trajets longs et problématiques à double titre, sur les plans de la santé au travail et de l’environnement.

 

Nous avons également acté la création d’un poste d’animateur/rice pédagogique et technique pour prendre sa suite dans le Nord, aux côtés de François Griffault sur le terrain. Le recrutement est en cours et la personne devrait embaucher courant février pour permettre à François et à Denis de l’accompagner plusieurs mois dans sa prise de poste.

 

Nous avons sollicité la Région pour bénéficier du Dispositif d’Appui aux Structures de l’Economie Sociale et Solidaire en consolidation (DASESS) pour être accompagnés sur les enjeux économiques que ces nouvelles orientations induisaient. Nous avons eu la chance d’être accompagnés par le cabinet d’experts comptables, Harmonium. Simon VANZEVEREN nous fait d’ailleurs le plaisir d’être à nos côtés ce soir pour nous présenter, à la fin de ce rapport moral, les résultats de cet accompagnement dont nous sommes particulièrement satisfaits.

 

Tout ceci s’est déroulé dans un contexte mouvementé de démé/emménagement de nos locaux avec la MRES à Fives. Si vous n’avez pas eu le loisir de mettre à l’épreuve vos sinus, vos lombaires et éventuellement vos coffres ou galeries au cours des séances de rangement de la cave et des bureaux, je vous laisse imaginer l’ambiance : 27 années d’archives à trier, Denis à contenir pour qu’il ne s’arrête pas sur chaque photo ou facture-souvenir, des trésors insoupçonnés à découvrir à la cave, dans une humidité poivrée. Si ces images vous saisissent, il y a du boulot encore lundi 16 à la cave : nous vous y attendons !

Les conditions de notre accueil dans les nouveaux locaux de la MRES ne sont pas sans poser de questions et il n’est pas impossible que la rentrée de janvier 2020 ne nous réserve pas quelques pochettes surprises.

 

Je souhaiterais conclure sur le rappel de l’objet de notre association, tel qu’il a été redéfini lors de l’AG extraordinaire du 15 décembre 2017 : notre association consiste à :

  • organiser et réaliser des chantiers écologiques de volontaires et de bénévoles ;
  • faire participer et former ses membres à la restauration et à la gestion des milieux naturels, à la découverte de la nature ;
  • former toute personne ou structure, au montage et à l’organisation de chantiers nature, à la gestion douce des milieux naturels.

Nous avons pour objectifs de :

  • permettre l’autonomie des participants dans la conduite et la réalisation des actions qu’elle met en place, dans un principe d’autogestion ;
  • favoriser la transmission et l’échange de « savoir-faire » et de « savoir-être » entre les bénévoles et les partenaires, dans un principe de transmission de proche en proche.

 

Nous avons besoin de vous, bénévoles, pour :

  • participer aux chantiers autant que vous le désirez, qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige,
  • les coordonner, dans la mesure de vos disponibilités;
  • offrir à chaque membre de votre famille une adhésion à l’association, ainsi qu’un Tshirt Blongios: songez avec plaisir aux magnifiques sujets de conversation qui vont s’en suivre et aux vocations que ce cadeau inouï ne va manquer de susciter chez les individus des génération X,Y, Z en perte majeure de repères ;
  • vous engager dans la gouvernance de l’association en entrant au CA : il y a aujourd’hui 7 postes vacants et l’énergie que les administrateurs ont déployée cette dernière année a besoin d’être nourrie de l’engagement hyper protéiné de nouvelles personnes qui tiennent à ce que Les Blongios aient encore de belles années devant eux ;
  • vous engager dans des actions de terrain, animation de stand, distribution de calendriers autour de vous ; participation et/ou animation de séances de réflexion stratégique, de débat, et tout ce que vous voudrez bien faire à nos côtés.

 

Blongios un jour, Blongios Toujours ? Chiche ?

Marie SABATIER, Présidente

Florence

Partager & nous suivre